top of page
  • Photo du rédacteurMuso

Muso Prend d'Assaut l'Hémorragie Obstétricale, Principale Cause de Mortalité Maternelle au Monde

L'hémorragie obstétricale (OH), caractérisée par toute forme de saignement excessif pendant la grossesse, l'accouchement ou la période post-partum, reste une cause dévastatrice de mortalité maternelle à travers le monde. En juin, Muso a organisé une formation visant à améliorer les soins, la prise en charge et le traitement fournis aux femmes souffrant d'OH au Mali et en Côte d'Ivoire. Cette formation a permis de présenter aux participants le vêtement antichoc non pneumatique (NASG), un outil qui permet d'inverser le choc hypovolémique et d'augmenter les chances de survie des femmes avant, pendant et après l'accouchement.


En 2017, plus de 800 femmes sont mortes chaque jour de causes évitables liées à la grossesse et à l'accouchement, et plus de 90% de ces décès ont eu lieu dans des pays à revenu faible ou intermédiaire inférieur. Selon une étude de la Banque Mondiale de 2017, 562 femmes maliennes meurent pour 100 000 naissances vivantes, et en Côte d'Ivoire, ce chiffre est estimé à 617. Ce phénomène tragique crée une perte dévastatrice au sein de la structure familiale, laissant souvent les enfants et les partenaires avec des conséquences psychologiques, sociales et économiques écrasantes, ainsi que des impacts négatifs sur la santé du nouveau-né. Bien qu'il existe plusieurs raisons pour la mortalité maternelle, l'hémorragie obstétricale reste la cause principale, représentant un quart des décès maternels dans le monde. La bonne nouvelle est que les complications liées à l'OH sont pour la plupart évitables et traitables lorsqu'elles sont détectées et traitées à temps. Pour lutter contre ces décès maternels évitables, Muso s'est associé à Michelle Therrien, Directrice des Projets Globaux NASG dans le cadre du programme Safe Motherhood de l'Université de Californie à San Francisco, afin de renforcer les capacités en matière de diagnostic et de traitement des complications qui peuvent survenir à tous les stades de la grossesse. Therrien et l'équipe de Muso ont animé des formations tout au long du mois de juin au Mali et en Côte d'Ivoire sur l'utilisation du NASG, principalement destinées au personnel médical de différentes régions des deux pays. Le NASG, qui est recommandé par l'OMS comme un outil indispensable pour sauver des vies depuis 2012, accélère le déclin de l'OH en stabilisant le patient et en empêchant les saignements excessifs. Cela permet de dégager une marge de temps importante pendant que le patient attend de recevoir une perfusion sanguine ou de subir une intervention chirurgicale. Maimouna Coulibaly, sage-femme au Centre de Santé de Référence (CSREF) de Bankass et participante à la formation, dit du NASG :

L'introduction des vêtements anti-chocs signifie beaucoup - surtout dans la région de Bankass, car nous opérons dans une zone éloignée. [Le NASG] va permettre de sauver beaucoup de vies, beaucoup de femmes, donc nous sommes très heureux de participer à cette formation. — Maimouna Coulibaly, sage-femme au CSREF de Bankass

Le NASG est assemblé à partir de neuf segments articulés qui s'enroulent autour de la partie inférieure des jambes, du bassin et de l'abdomen où il est verrouillé par un ensemble de deux rubans. Une fois appliqué, le patient se stabilise complètement au bout de trois heures. Le NASG peut ensuite être retiré progressivement ou laissé en place pendant plusieurs heures après l'hémorragie.


L'utilisation du NASG pourrait entraîner une réduction importante des décès maternels au Mali et en Côte d'Ivoire. "J'ai vu un impact énorme et une réduction fantastique de la mortalité [maternelle] ", a déclaré Michelle Therrien lors de la formation au Mali.

Nous avons commencé en Tanzanie avec 280 installations, réparties dans huit régions, et nous avons observé une réduction de 68% de la mortalité due aux hémorragies obstétricales, ce qui est beaucoup plus élevé que ce qui avait été initialement anticipé. Je pense que nous pouvons faire quelque chose de similaire au Mali — Michelle Therrien, Directrice Projet NASG

À Muso, nous pensons que la normalisation de l'utilisation de ce vêtement au sein des Centres de Santé Communautaires (CSCOM) et des (CSREF) pourrait prévenir des milliers de décès liés à la maternité chaque année, surtout si elle est mise en œuvre à grande échelle par les gouvernements nationaux.


Comments


bottom of page